En Visite à Tokyo 37 Millions d’habitants

Dans le classement des plus grandes villes du monde Tokyo est en tête avec 37 millions d’habitants ! Le titre fait peur 37 millions d’habitants, peut-on encore parler de ville ? Le mot mégalopole est peut-être plus approprié ! Apres New Delhi avec ses 26 millions et Shanghai avec 24 millions, c’est la troisième fois que nous nous trouvons dans une ville qui dépasse les 20 millions d’habitants.

Dans beaucoup de pays, on penserait immédiatement au chaos incessant que ce volume de personnes représente au quotidien dans les rues de la capitale. Oui, il y a du monde, c’est certain, mais nous sommes au Japon et ici, rien n’est pareil. Du coup, plusieurs sentiments s’opposent, celui du dépaysement, de l’étonnement et celui de la manière avec laquelle on peut organiser la vie dans une fourmilière géante telle que Tokyo.

La première chose à laquelle nous sommes confrontés, ce sont les transports. Chaque recoin de la ville est relié d’abord par un métro en forme de boucle, ensuite par un “RER”, ici appelé JR. Les lignes se croisent et forment une fantastique toile d’araignée où il règne une organisation inimaginable. Chaque train arrive et part à l’heure précise annoncée, chaque train est équipé d’écrans en Japonais et anglais, tout le personnel est capable de vous dire de quel quai part le train, sans réfléchir.

La plupart des voyageurs au Japon, atterrissent à l’aéroport international de Narita et rejoignent en priorité leur hébergement à Tokyo. Or, l’atterrissage s’effectue dans ce cas à plus de soixante kilomètres à l’est de la capitale japonaise. N’oubliez pas de prendre votre boitier Wi-Fi (point d’accès) à l’aéroport, pour environ 60€ la semaine, il vous évitera les lourdes factures. Au retour vous n’aurez qu’à le jeter dans une boite (ne pas se tromper de boite donc de fournisseurs, ils sont plusieurs) et vous recevrez la facture par email, sans surprise, tout est compris data illimités et jusqu’à 6 personnes (6 GSM) peuvent se connecter sur votre Wi-Fi.

Puis, une fois le Wi-Fi “in the pocket”, les choses sérieuses commencent, trouver le bon transport pour le centre ville. En gros, le Keisei Skyliner est plus rapide mais plus cher que le Narita Express, lui-même plus rapide que le bus. Nous avons donc fait le choix du Narita Express, il vous faudra réserver une place avant de monter à bord, comptez 35€ AR par personne et environ 3h à 4h entre votre atterrissage et votre arrivée au centre ville. En effet le Japon tout comme les USA va prendre vos empruntes et votre photo a l’arrivée, et toutes ces formalités prennent du temps.

Nous sommes descendus à la gare de Shinjuku, notre hôtel se trouvait justement pas très loin. Puis nous avons pris un taxi pour quelques euros, nous n’avions pas envie de marcher, il se faisait tard, il pleuvait …Ce n’est que le jour de notre retour que nous nous sommes aperçus qu’une galerie souterraine menait directement de notre hôtel à la gare en à peine 10 min de marche bien au chaud 🙂

Tokyo

Dans la gare nous avons cherché le premier distributeur de billets, devant le refus de nos cartes (plusieurs essais, avec plusieurs cartes), nous avons du demander “mais pourquoi tant de haine alors que nous avons les bonnes cartes?” 🙂 Et bien parce que les distributeurs sont divisés en cartes Japonaises (locales) et cartes étrangères et ne se trouvent pas ou même endroit, voire pas du tout au même étage. Pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué.

Quelques règles à retenir : sur un escalator se serrer du côté gauche pour laisser passer les gens du côté droit, sur les trottoirs idem. Eviter de se moucher en public, couper la sonnerie de son téléphone dans le train, métro…Si comme moi vous portez des tatouages évitez les bains publics (pas cool on vous regarde bizarrement, du vécu). La défiance vis-à-vis des tatouages est liée à l’appartenance des Yakusas, c’est pour cette raison, que les tatouages sont très mal vus. Lorsque l’on rencontre quelqu’un, on doit éviter les contacts physiques, pas de bise ni de poignée de main, mais on s’incline légèrement. Ok vous êtes fin prêt pour le voyage à Tokyo.

Sur les quais dans le métro ou les gares, l’organisation est démoniaque, toutes les entrées des voitures sont indiquées au sol, chacun faisant la file avec calme et patience. Une fois en route, il y a un silence quasi assourdissant, le navetteur étant plongé sur un manga, sa tablette ou son smartphone, voire plongé dans des micro-siestes qui ont un succès unanime, le Japonais se met alors en mode OFF ! Et quand on sort du métro, c’est un mouvement automatique qui se crée, chacun se met l’un derrière l’autre sans se bousculer pour être le premier à passer, tout le contraire de chez nous où c’est le chaos.

Tokyo Tokyo Tokyo

Puisque les transports au Japon ne sont pas d’une simplicité à toute épreuve, nous avons principalement pris les taxis. Même le jour où nous avons cru maîtriser le métro comme des pros, muni de cette chouette et super fonctionnelle application pour mobile, nous sommes arrivés à nous tromper, c’était la bonne direction, mais un express au lieu d’un omnibus 🙁  Du coup on a loupé notre station, et avons du faire demi tour. Pour l’achat des tickets ce n’est pas mieux, plusieurs machines de toutes les couleurs (jusqu’à 20) pour plusieurs trains et impossible de savoir laquelle est la bonne, seul l’employé du métro comprend quelque chose. Si vous vous trompez de montant au départ, impossible de sortir, l’employé ne vous prendra pas pour un tricheur mais vous accompagnera gentiment à la machine adéquate pour acheter le supplément nécessaire. Apres 3 suppléments et 3 erreurs en une journée, nous avons décidé de stopper là avec le métro 🙂

Autre grosse surprise les japonais ne disent jamais “je ne sais pas” soit, ils passent sans s’arrêter, alors que vous veniez de dire “excusez-moi pourriez-vous m’aider SVP”, soit, ils vous donnent une direction qui n’est pas la bonne. Mieux vaut dire quelque chose de faux que de perdre la face, et ça nous l’avons vécu une dizaine de fois, avant de comprendre 🙂

Tokyo

 Idem pour notre hôtel, où la climatisation était “fermée” il faisait 30 degrés dans la chambre, 4 aller-retour à la réception en 48h pour s’entendre dire “oui oui” ou “désolé désolé”, Il m’aura fallu un unique email à Booking.com le lendemain, à la première heure pour avoir le directeur en personne, venu s’excuser et nous proposer une nouvelle chambre avec une plus belle vue, et la climatisation. Votre meilleur anglais ne vous aidera pas au Japon, c’était déjà comme ça lors de mon premier voyage en 1980, et les choses n’ont pas beaucoup évoluées, mais bon ce n’est pas grave, le Japon c’est beau et on arrive toujours à se débrouiller, après tout on est en vacances.

Tokyo

Parlons maintenant de Shinjuku un des 23 arrondissements de Tokyo, celui qui abrite le gouvernement de la préfecture. Centré autour de la gare la plus fréquentée du monde, celle par laquelle nous sommes arrivés, qui accueille plusieurs millions de passagers chaque jour. Quartier d’affaires, haut lieu de la vie nocturne tokyoïte et spot de shopping pour les amateurs. Shinjuku est l’un des arrondissements de Tokyo les plus célèbres.

Tokyo

On y retrouve du coup ce qu’on appelle la “skyline” de la capitale : une suite de gratte-ciels tous plus impressionnants les uns que les autres. Le Tôkyô Metropolitan Government Building (la mairie de Tokyo), située à 200m de notre hôtel, avec ses 243 mètres de haut, possède deux observatoires panoramiques, et, cerise sur le gâteau c’est gratuit. La vue y est splendide c’est toute la mégalopole qui s’étend sous nos yeux. Par temps dégagé (une seule journée ensoleillée durant notre semaine à Tokyo) voici les photos possibles.

Tokyo Tokyo Tokyo

De jour comme de nuit, pour sortir ou découvrir la capitale électrique, l’arrondissement est un incontournable, Shinjuku est le centre de Tokyo. Pour le touriste qui vient pour la première fois au Japon ce quartier laisse souvent un souvenir impérissable. On peut aisément passer une journée complète ici, étant donné le nombre et la diversité de choses à découvrir. Les rues commerçantes avec leurs néons et écrans géants le dépaysement est garanti. Nous avons pris tous nos dîners ici, à commencer par le 1er soir, il était tard, pas le temps de chercher, nous avons choisi un fast food local, mal manger à Tokyo c’est impossible. Pour commander c’est simple (ou compliqué), soit on prend place et on regarde les images sur le menu, et on pointe du doigt au serveur, soit on prend une photo du plat en plastique dans la vitrine, ou plus compliqué, on commande au distributeur, toujours en se fiant aux images, puis avec son ticket on prend place et on attend son plat.

Tokyo Tokyo Tokyo

2ème quartier incontournable, toujours sous la pluie et toujours en taxi : Shibuya

Tokyo

Shibuya est un quartier de jeunes de la ville, ici vous verrez moins de costumes-cravates et plus de jeunes adultes branchés.

A Tokyo Shibuya c’est la Mecque de la mode, on y trouve plus de marques, des grandes surfaces, des vêtements que l’on voit dans les magazines. Le quartier est assez cher mais connaît un grand succès auprès d’un nombre énorme de jeunes Japonais. Tous les styles se croisent sur le célèbre passage piéton “Shibuya Crossing”.

Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo

On a l’impression que traverser ce carrefour avec autant de monde peut s’avérer un calvaire. Mais les Japonais sont assez vigilants, quoi qu’ils fassent en même temps, et il est rare de se faire bousculer. C’est aussi vrai sous la pluie, lorsqu’il faut esquiver les parapluies !

Et là vous allez me demander : Normann mais où puis-je prendre la plus belle photo du passage piétons? Et sur internet vous aller tous trouver le Starbucks café (d’où la prise de photos est en principe interdite)  c’est bien sûr l’endroit le plus simple pour prendre ces photos, mais effectivement, ce n’est pas très haut, j’ai testé cet emplacement et pris un café.

Et vous trouverez aussi certains conseils pour l’Occitane Café, pas mal, mais ils sont malins et savent que vous venez tous pour “la photo” alors ils placent des panneaux “réservé” sur les tables au bord des fenêtres, et puis encore une fois ce n’est pas très haut, et les consommations sont assez chères, j’ai testé cet emplacement et pris une boisson.

Alors je vais vous confier un petit secret, rendez vous au Shibuya Excel Hotel, n’essayez pas d’aller au bord des fenêtres du 5ème étage, inutile la vue n’est pas top (ce n’est pas assez haut, j’ai aussi testé) passez devant la réception, et prenez les ascenseurs ou il est écrit “passez ce point, clients uniquement”, ne vous arrêtez pas pour poser une question, jouez le mec ou la fille sùr(e) de lui (elle) 🙂

Et montez au 25ème étage là où se trouve le restaurant français Bientôt. Dès votre sortie des ascenseurs sur votre gauche la plus belle vue, faites quelques photos, ne traînez pas, le restaurant se trouve 10m sur la droite. Un conseil : n’y allez pas en short, vous ne serez pas crédible, et shuttt je ne vous ai rien dit 🙂

Une petite vidéo vaut mieux qu’un long discours et toutes les photos se trouvent ici.

C’est aussi ici qu’on croise Mario Bros dans les rues.

Tokyo

De retour à notre hôtel nous avons cette fois essayé Itamae Sushi Nishi Shinjuku, et nous n’avons pas été déçus. Au Japon les Sushi sont comment dirais-je… bien meilleurs et pas plus chers voir moins chers qu’au pays de la frite. Nous avons fait des orgies de sushi durant notre séjour. Notre addition du jour : 65€ pour deux personnes pour plusieurs plats de Sushi et sashimi, deux bières et du thé.

Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo

Toujours sous la pluie et toujours en taxi nous avons visité le quartier de Tsukiji et le plus grand marché aux poissons du monde, un incontournable à Tokyo.

Pour la visite deux solutions : se lever à 1h du matin pour arriver sur place tôt (très tôt), pour assister à la vente aux enchères des thons, qui ouvre vers 5h environ, et vous pourrez rejoindre les autres touristes qui attendent en ligne, appareil photo à la main et gilet vert fluo sur le dos, dans le coin qui leur est réservé. Et pourquoi si tôt me direz-vous? Parce que c’est 140 personnes max par jour, en 2 groupes de 70 personnes, le premier de 5h à 5h40 et le deuxième de 5h40 à 6h15, peuvent y accéder, il faut se présenter au rez de chaussée du Fish Information Center,dès 4h30. L’enregistrement pour la visite se fait au fur et mesure des arrivées, il faut donc être dans les 140 premiers pour pouvoir faire la visite. Bonne chance.

Pas trop mon truc les foules de touristes, j’ai donc choisi la deuxième solution, arriver plus tard à l’ouverture du marché aux acheteurs à 10H. Sauf que nous sommes arrivés encore plus tard plutôt vers 11H, mais qu’a cela ne tienne, nous avons pu nous balader seuls dans les allées.

Tokyo Tokyo Tokyo

Il y a encore de l’activité et les derniers badauds sont encore là pour acheter du poisson. On pensait qu’il ne resterait plus personne dans le marché à cette heure, donc on est agréablement surpris.

A chaque coin c’est une photo incroyable, la plupart des marchands sont en train de ranger, dans l’idée ça implique de découper du poisson et de remettre au congélateur les invendus. Tout le monde a un tuyau à la main pour nettoyer l’espace, que ça soit l’immense table pour découper le poisson, le sol ou les parties communes (c’est d’ailleurs très glissant au sol donc n’y allez pas en espadrilles !).

Tokyo Tokyo Tokyo

C’est un peu comme de se balader à la fin d’un concert, tu sens que c’est la fin et que tu ne peux plus rien y faire, mais c’est aussi sympa d’être le seul touriste, et de pouvoir faire les photos, la vidéo, à son aise.

Par contre une chose, les marchands n’aiment pas les photos, en demandant la permission je n’ai reçu que des refus, du coup j’ai arrêté de demander.

Tokyo Tokyo

C’est clairement un des meilleurs trucs que j’ai pu faire à Tokyo, on quitte le marché de Tsukiji avec la banane! Dehors se trouve également un autre marché, destiné aux particuliers celui-ci. Dans les petites rues du quartier se succèdent les stands et petits magasins consacrés aux produits de la mer ou aux ustensiles de cuisine comme les très célèbres couteaux japonais. On peut y venir aussi uniquement pour boire un café, manger des sushis qui sont très réputés à Tsukiji.

Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo

Au Japon, on dit parfois qu’il y a six saisons, en comptant tsuyu (les fortes pluies de juin) et akisame (celles d’octobre). Le calendrier traditionnel, inspiré des 24 périodes chinoises, en compte même jusqu’à 72 de cinq jours chacune !

Nous sommes tombés en pleine tornade, une semaine de pluie non stop, un unique jour de soleil, la semaine précédente et la suivante il faisait beau 🙁

Nous avons pris notre lunch chez Sushizanmai en face du marché, certes ce restaurant n’est pas un “sushi master” snob à 100€ la portion, mais on trouve ici un accueil très sympathique et décontracté, un service efficace et attentionné, une ambiance très vivante, une excellente qualité de poissons, bien coupés, une excellente soupe miso, des prix très sages (et on peut payer par carte), et tout cela bien installé au comptoir ou à table. Une excellente adresse, et en plus un bon souvenir tokyoïte ! Le Sushizanmai de Shinjuku n’est pas aussi bon. L’addition du jour 68€ pour deux, plusieurs plats (j”ai presque eu du mal à terminer, j’avais les yeux plus gros que l’estomac), 2 bières et du thé.

Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo

Et maintenant visite de Yanaka un quartier populaire situé près de la gare de Nippori, Les ruelles de ce “vieux Tokyo” rappellent les charmes d’antan avec des boutiques d’artisanat local, des cafés, des temples et sanctuaires shinto.

Tokyo Tokyo Tokyo

Ce quartier est l’un des rares à avoir résisté aux bombardements de la dernière guerre mondiale et la vétusté de l’architecture est là pour le prouver. Le quartier a même échappé au grand incendie d’Edo de 1657 et au grand tremblement de terre du Kanto en 1923.

Là où le reste de la ville est un amas d’immeubles aux architectures n’ayant rien de typique et offrant un vis-à-vis de choix sur l’immeuble voisin, le quartier de Yanaka a le mérite d’offrir une alternative pittoresque, au moins de ce point de vue là.

La rue piétonne Yanaka Ginza a des airs nostalgiques, avec ses boutiques de tofu, de friandises, de thés ainsi que de geta (les chaussures de bois traditionnelles). Ici, les commerçants se connaissent, s’interpellent, et le facteur, à vélo, discute avec tout le monde.

Tokyo Tokyo

On ne trouve ici quasi que des temples, des cimetières et des habitations, à peine quelques commerçants dans l’unique rue piétonne. Ce n’est donc pas très animé, mais le coup d’œil reste justifié si vous avez un peu de temps.

Tokyo Tokyo Tokyo

Entre nos ballades dans les ruelles nous sommes tombés sur un petit restaurant, 4 tables à peine, zéro touriste, et encore une fois un de nos meilleurs repas. Il s’agit du Unagi Restaurant je vous l’écris ici en Japonais car rien n’indiquait son nom en  anglais 千根屋 et l’adresse 5 Chome-9-25 Yanaka, Taitō-ku, Tōkyō-to 110-0001. A mon avis google va sùrement vous trouver ça 🙂

Tokyo Tokyo

Le quartier reste résidentiel, avec beaucoup de petites maisons et d’immeubles à deux, trois étages pas plus. C’est le lieu idéal pour observer la vie quotidienne. Après avoir déambulés dans les petites rues du quartier, nos pas nous ont mené au fameux cimetière de Yanaka. Historiquement premier cimetière d’Edo (Tokyo), c’est aujourd’hui le plus grand cimetière de Tokyo.

Ce cimetière hors du temps est célèbre pour ses cerisiers en fleurs qui couvrent complètement ses chemins au mois d’avril, son allée centrale est ainsi souvent appelée l’avenue des cerisiers en fleurs. Sauf que là nous sommes en octobre 🙁

Tokyo

Bien que renommé il y a plus de 70 ans, le cimetière est encore souvent appelé par son ancien nom officiel, “Yanaka Bochi” le cimetière a une superficie de plus de 10 hectares et contient environ 7000 tombes.

Tokyo Tokyo

Et enfin une promenade dans un parc, celui de Meiji-jingū gyoen, le jardin impérial, qui s’étend sur 700 000 m2. Il est situé en plein cœur de Tokyo, dans l’arrondissement de Shibuya, en bordure du quartier Harajuku.

Tokyo

Un chemin principal mène au sanctuaire shintoïste Meiji, on croise dans ce parc une multitude de personnes en vêtements traditionnels.

Tokyo Tokyo Tokyo

Nous avons essayé le restaurant Din Tai Fung de Tokyo, bien, mais pas aussi bon que celui de Hong-Kong.

Tokyo

Et maintenant les choses étranges au Japon :
– Le suremballage, vous achetez un stylo, il vous sera emballé dans un premier sac plastique puis un deuxième.
– Les machines à parapluies, présentes devant presque tous les magasins et qui emballe votre pépin mouillé dans un plastique (oui encore du plastique).
– Les robots qui vous accueillent dans les magasins d’électronique.
– Les jouets tous en marche dans les magasins, rendant impossible toute conversation, un cauchemar, d’ailleurs tous les magasins sont bruyants avec des annonces à n’en plus finir, des jeux type Patchinko (flipper vertical)…
– Les poubelles absentes mais aucun papier au sol, du coup à la fin de la journée on est content de retrouver la poubelle de l’hôtel pour y ranger les reçus du jour (magasin, taxis, restaurants …)
– Les hommes ou femmes sandwich, qui répètent un discours programmé à la façon d’un robot devant les magasins et certains restaurants.
– La foule incommensurable, mais jamais personne qui s’entrechoque, malgré les 37 millions de parapluies.
– Les Kit Kat (les fameux chocolats) wasabi, thé vert, cheese cake, patate douce ….
– Les distributeurs à l’entrée des restaurants, il m’est arrivé de m’asseoir, d’attendre, puis quelqu’un lève son nez de sa soupe et me montre de l’index le distributeur.
– Les fac-similés des plats, en résine (plastique), à l’entrée des restaurants.
– Les distributeurs de tout et partout, exemple du thé chaud, une soupe chaude…
– Dans une file d’attente il y aura toujours une personne pour vous repositionner et vous recoller derrière la personne qui vous précède. Sur un banc dans une salle d’attente, dès qu’une personne se lève, les autres personnes se lèvent à leur tour pour prendre la place libre. C’est donc un jeu de chaises musicales, efficacité poussée à son maximum.
– Les WC électroniques high-tech (je veux le même à la maison).
– Les WC au ras du sol (qui a dit que les japonais étaient petits?)
– Les sièges des trains qui pivotent et s’inclinent, vous êtes ainsi sûr d’être toujours dans le bon sens.
– Les trains qui arrivent à l’heure, à la seconde prés, et le chef de gare qui se confond en excuses quand il a 2 sec de retard. Allooo SNCB / SNCF va au Japon et prends-en de la graine.
– Le nombre impressionnant de personnes qui portent un masque en papier sur le visage. Et bien une idée pas si mauvaise que ça, ceci dit. Combien de fois on part au travail en bonne santé et on en revient avec un rhume à cause du voisin de métro ou du collègue qui vous a filé ses microbes.
– Et enfin le meilleur pour la fin, la sécurité est telle que vous pouvez vous promener sans souci à une heure avancée de la nuit. On n’a plus l’habitude…

Tokyo Tokyo TokyoTokyo

 

Une petite vidéo vaut mieux qu’un long discours et toutes les photos se trouvent ici.

 

Les photos de cet article qui portent le ©Normann ont été prises par son auteur. Cet article n’est pas sponsorisé j’ai donc payé mes notes d’hôtel de restaurants et d’avion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.