PermaFungi

C’est sur les conseils de Gregory Boagaert que je prends connaissance de PermaFungi. Après mon article complet sur le café, c’est une excellente suite et fin, en parlant du marc de café. Celui-ci est très présent en Belgique, les Belges consomment à peu près 7,2 kg de café par an. Mais rien n’était fait avec le marc de café, alors que c’est un milieu de culture idéale pour les pleurotes.

Le projet PermaFungi se base sur une innovation majeure: produire des champignons et de l’engrais à partir du marc de café. Cette technique permet de supprimer entièrement un déchet pour créer deux produits utiles. Durant l’été 2014, ils ont installé une champignonnière urbaine sur le site de Tour et Taxis, à Bruxelles. Ils y produisent des pleurotes frais et des kits de culture, à partir de marc de café collecté en vélo!

PermaFungi - 013-3 PermaFungi - 005 PermaFungi - 012

C’est Nicolas, un collaborateur et responsable communication, qui m’accueille, et nous nous dirigeons vers les sous-sols du bâtiment.

PermaFungi - 018 PermaFungi - 015 PermaFungi - 019

C’est au fond d’un long couloir que se trouve la production installée dans les caves de Tour & Taxis. Ces caves d’environ 200m² ont permis de commencer une production à plus grande échelle.

Désormais, la boucle est bouclée: le marc de café collecté auprès des établissements horeca à Bruxelles est transformé en pleurotes que les cafés et restaurants peuvent utiliser à leur tour.

PermaFungi - 046 PermaFungi - 025

PermaFungi a été fondée en mars 2013 par Martin François et Martin Germeau. Martin François est un entrepreneur social avec de l’expérience professionnelle en management. Martin Germeau est un bio-ingénieur. Il a de l’expérience professionnelle en recherche scientifique dans le domaine du sol et dans le domaine de la permaculture.

En septembre 2013, ils ont concentré leurs forces avec le projet antérieur Champignac, une cellule de réflexion autour de la culture de champignons sur du marc de café. Loïc van Cutsem, Philippe Montens et Hugues Terlinden ont donc rejoint PermaFungi. Loïc est un ingénieur de gestion. Philippe est manager en business development chez Lukoil. Hugues Terlinden est entrepreneur.

A ce jour, l’équipe de PermaFungi est également constituée de Mathieu et William, collaborateurs de production, qui s’occupent de la production de pleurotes et des collectes et des livraisons. De son côté, Sylvine est en charge des ateliers. Enfin, de nombreux bénévoles soutiennent l’équipe depuis le début du projet.

Le nom “PermaFungi ” vient alors de “perma” abréviation de “permaculture” et “fungi”, le nom scientifique latin pour désigner les champignons.

PermaFungi - 047-2

Nicolas à gauche et Martin Germeau à droite

 Plusieurs salles pour des étapes différentes:

l’inoculation: Préparation du substrat, il est mélangé avec les semences de champignons (le mycelium). Ce travail se réalise sous un flux laminaire, dans un milieu stérile, un peu comme dans un laboratoire scientifique. Le substrat bien mélangé est ensuite mis dans des grands sacs qui ressemblent à des punching balls. Je n’ai pas eu accès à cette salle pour des raisons de contamination. Mais voici à quoi ressemblent les fameux punchins balls.
PermaFungi - 021

l’incubation: Les sacs préparés lors de l’inoculation sont ensuite placés dans une salle d’incubation pour une durée d’environ 3 semaines. Durant cette phase, le mycelium va coloniser le substrat, c’est-à-dire qu’il va développer son réseau de filaments en “mangeant” et en décomposant le marc de café. Tout noir au début, le sac devient alors blanc. Cette phase se déroule dans l’obscurité et dans une salle propre. Encore une fois la salle étant plongée dans la pénombre, il n’était pas possible de faire des photos.

La fructification: Lorsque le mycelium a colonisé tout le substrat, on le force à se reproduire, et donc à produire des champignons (qui contiennent les spores, l’organe reproducteur du champignon). Pour cela, on lui fait subir un choc de fraicheur et d’humidité en le déplaçant dans la salle de fructification, un espace très ventilé et avec un taux d’humidité de 95%. Les pleurotes apparaissent alors après quelques jours et seront récoltés après une semaine. Les sacs produisent ensuite une deuxième et une troisième récolte, avant d’être mis au compost pour donner de l’engrais.

PermaFungi - 041PermaFungi - 030 PermaFungi - 035 PermaFungi - 033 PermaFungi - 035

PermaFungi - 036

PermaFungi cultive principalement des pleurotes blancs, mais des variantes roses et jaunes ont déjà été expérimentées.

PermaFungi a également développé un kit avec lequel il est possible de cultiver des pleurotes à la maison. Le principe est simple car PermaFungi a déjà fait tout le travail préparatoire. La seule chose à faire c’est arroser le kit deux fois par jour. Le kit consiste en 1 kg de substrat, qui devrait donner une production de 200 à 300 g de pleurotes blancs. Le kit contient aussi un mini-spray pour l’arrosage et un sac pour conserver les pleurotes. Chaque kit peut produire environ 2 à 3 récoltes. Après les récoltes, le substrat des kits peut être utilisé comme engrais : c’est en effet un engrais idéal, encore mieux que celui que l’on trouve dans les jardineries 🙂 Actuellement, ces kits sont vendus sur le site web de PermaFungi.

Les Kits:
– Le kit de culture, grande boite rectangulaire, contenant un mélange déjà tout préparé pour la culture à 14,95€ .
– Le Fungi Pop, la petite boite noire, fournie avec des graines de pleurote et dans laquelle il faut rajouter son propre marc de café à 13,95€ .PermaFungi - 045

Et le substrat qui se trouve à l’intérieur des boites.

PermaFungi - 026 PermaFungi - 027

Comme dit plus haut Permafungi collecte le marc de café à vélo.

PermaFungi - 023

Ils organisent des ateliers avec: une visite guidée pour découvrir les différentes phases de culture. Une présentation du monde surprenant des champignons
Un délicieux repas aux pleurotes pour goûter ces petites merveilles locales et bio. Une initiation à la technique de production au cours de laquelle vous avez l’occasion de préparer deux grands sacs de culture qui produiront plus de 1 kg de champignons : de quoi organiser des grands festins aux pleurotes à la maison !

Les ateliers se déroulent dans l’univers insolite des caves de Tour & Taxis (86/C, avenue du Port à 1000 Bruxelles). La participation est de 50 euros et inclut : 2 boudins de culture que vous rapportez à la maison et qui produisent des pleurotes pour une valeur de 25 euros minimum, Lunch et boissons.

Les photos de cet article qui portent le ©Carnets de Normann (BXL5) ont été prises par son auteur.

3 Comments

  1. C’est excellent, magnifique pour quelqu’un que adore les pleurotes et toutes sortes de champignons comme j’aime c’est le summum de pouvoir en avoir maison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.